Nouvelles du front
Cédric Martin et Louise Leblanc

Centres d'hébergement privés pour aînés

Royaume de
l'exploitation éhontée

Par Ariane Gagné

C’est un des secteurs de travail parmi les plus négligés du Québec : il est constitué d’une majorité de femmes dont la rémunération dépasse à peine le salaire minimum. Qu’elles soient préposées aux bénéficiaires ou à l’entretien, infirmières auxiliaires ou cuisinières, leur travail manque grandement de reconnaissance. Pourtant, la société québécoise ne peut se passer des services de ces travailleuses et ces travailleurs qui prennent soin des aîné-es.

La plupart de ces centres appartien­nent à de puissants groupes nommés Cogir, Chart­well, Résidences Soleil, Groupe Sélec­tion, ou à de riches propriétaires indé­pendants. Grâce au lucratif marché de l’hébergement des personnes âgées au Québec, plusieurs d’entre eux empochent des profits mirobolants.

David contre Goliath

Pour tenter d’améliorer leur sort et tenir tête à ces hommes d’affaires pugnaces, voire véreux, comme on l’a vu récemment, les travailleuses et les travailleurs de 43 accréditations de centres d’hébergement privés affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont annoncé en mai dernier leur participation à une négociation coordonnée à travers le Québec. « Nous demandons une augmentation de 1,50 $ l’heure sur trois ans, la formation systématique des employé-es, la création d’un comité de relations de travail fonctionnel et une date d’échéance de convention, soit le 31 mars 2018. L’atteinte de ces objectifs aura un impact direct sur les conditions de vie des aîné-es ; le personnel sera mieux formé et restera en poste plus longtemps en raison de meilleures conditions », explique Nadine Lambert, vice-présidente de la FSSS-CSN.

La Villa Saint-Alexis donne le ton

C’est dans ce rude contexte de négociations que 30 travailleuses de l’accréditation de la Villa Saint-Alexis du Saguenay ont déclenché une grève générale illimitée, le 14 novembre dernier. « Cajétan Bouchard, leur employeur, veut que les employé-es sacrifient cinq congés personnels en contrepartie de leur augmentation salariale », s’indigne Danielle Lemire qui a œuvré longtemps à la Villa avant de devenir représentante du secteur des centres d’hébergement privés à la FSSS-CSN.

L’ancienne cuisinière dresse un portrait bien peu reluisant du contexte de travail dans cette résidence. « L’employeur se fiche éperdument de la convention collective : il engage des personnes qu’il ne prend pas la peine de former, il les prive des deux jours d’initiation prévus à la convention, il omet d’afficher des postes et en crée d’autres de toutes pièces, à temps partiel bien sûr, il fait exécuter des travaux aux employées sans respecter les descriptions de tâches existantes, et j’en passe ! », s’exclame Danielle Lemire. Elle ajoute qu’après avoir congédié le préposé à l’entretien, l’employeur demandait à des salariées d’exécuter des tâches que le préposé aurait normalement dû accomplir. Il lui arrive aussi de confier à la buandière ou à l’infirmière la responsabilité d’aller servir les repas du midi. Si une résidente ou un résident requiert des soins pendant ce temps, l’infirmière doit quitter la salle à manger pour se rendre au chevet de la personne malade. « Mais qui en subit les contrecoups ? Les résidents, les préposées, tout le monde », lance-t-elle, exaspérée.

L’été dernier, 42 personnes embauchées à la Villa Saint-Alexis ont finalement décidé de quitter la résidence pour aller travailler ailleurs. « Ce roulement de personnel occasionne bien des dépenses inutiles à l’employeur, poursuit Danielle Lemire. Or, il a lui-même admis en comité de relations de travail que ses employé-es ne restent pas en raison des salaires trop bas. Qu’attend-il pour favoriser leur rétention et s’éviter tous ces frais ? »

Benoîte Congolo : Une préposée aux bénéficiaires dévouée
corps et âme

« Ce travail est tellement exigeant qu’on ne peut l’accomplir sans vraiment aimer les personnes âgées », affirme pour sa part Benoîte Congolo qui travaille depuis cinq ans dans une résidence de Laval comptant quelque 600 résidentes et résidents. »

La préposée aux bénéficiaires, qui a tous les jours à sa charge entre 9 et 10 aîné-es, commence le matin à 6 h 30 et termine à 15 h. Elle réveille d’abord les résidents, donne le bain à certains d’entre eux et s’occupe des autres bains en après-midi. Après les avoir aidés à s’habiller, elle accompagne tout ce beau monde à la cuisine pour le petit déjeuner. À sa pause du midi, elle doit faire vite pour manger, puisqu’elle remplace la préposée à l’accueil.

La résidence où Benoîte travaille est classée semi-autonome, mais elle garde pendant une certaine période les résidents dont l’état s’aggrave et devient de plus en plus lourd au fil des ans — Alzheimer, Parkinson, démence. « Nous devons bien sûr veiller sur ces personnes le temps qu’elles obtiennent une place dans des centres spécialisés », explique-t-elle. Cette situation exige beaucoup d’énergie supplémentaire pour les travailleuses.

Malgré tout, Benoîte est l’une des chanceuses qui ont pu bénéficier d’une formation offerte aux travailleuses et travailleurs, et ce, sans frais pour les propriétaires, par l’entremise de Formarez, une mutuelle de formation à laquelle siège la FSSS-CSN. Celle-ci permet notamment aux préposées de mettre à jour leurs connaissances, leurs techniques de travail et leurs manières d’agir avec les personnes âgées. « On y a appris, par exemple, quelles sont les bonnes positions à adopter pour donner les bains. C’est important parce qu’on peut se blesser très facilement. » Malheureusement, malgré le coût nul pour eux, plusieurs employeurs refusent à leurs employé-es l’accès à cette mutuelle.

Christiane Bissonnette : Une préposée à l’entretien courageuse

Christiane Bissonnette, préposée à l’entretien ménager et déléguée syndicale dans une résidence de Québec, ne chômait pas avant d’être congédiée par son employeur. Chaque semaine, elle devait s’occuper de 68 chambres. « Les préposé-es n’ont pas le temps de déplacer les meubles ou de ramasser ce qui traîne », explique-t-elle. Des surplus peuvent aussi s’ajouter à leur charge de travail déjà bien remplie. Lorsque la gastro sévit, par exemple, les préposé-es à l’entretien doivent aussi procéder à de vastes opérations de désinfection.

Christiane Bissonnette a été remerciée à la suite de la plainte d’un résident qui dit avoir trouvé des graines sur le couvre-lit et le plancher de sa chambre. « L’employeur saisit tous les prétextes possibles afin de prendre en défaut les employé-es et de sanctionner sévèrement celles et ceux qui militent un peu trop dans le syndicat », explique Gilles Gagné, le président du syndicat de la région. « Le cas de Christiane ressemble beaucoup à un congédiement pour activités syndicales et nous avons déposé une plainte à cet effet. »

Sylvie Meunier : Une cuisinière persévérante

Sylvie travaille comme cuisinière quatre jours par semaine, de 7 h à 18 h, et doit préparer quotidiennement 440 repas aux résidents. Mais avant même de s’attaquer aux menus, elle prépare la soupe, fait cuire les légumes, les coupe, les pile et les divise selon les départements. L’assistante de Sylvie arrive à 9 h. À midi, elle s’absente pour aller servir les résidents à la salle à manger. Elle doit aussi préparer de la purée en grande quantité, ce qui lui prend au moins une heure. Et puis il lui faut laver la vaisselle, défaire les boîtes, préparer les desserts pour le lendemain. La charge est énorme. Sylvie est pour sa part très souvent interrompue dans le cours de son travail. « On peut soudainement me demander de préparer des muffins en plus du reste. Le jeudi, je dois m’occuper des commandes. On n’arrête pas de courir. »

L’accréditation de la résidence où elle travaille aujourd’hui n’a pas joint la négociation coordonnée. « Les dates ne coïncidaient pas, mais je souhaite que nous participions à celle de 2018. La négo coordonnée permet d’obtenir des gains bien supérieurs à ce qu’on peut aller chercher de façon isolée et d’en faire bénéficier le plus grand nombre. Moi j’y crois à ce concept », renchérit-elle.

Bien d’autres exemples pourraient être cités pour décrire les conditions de travail qui existent dans bon nombre de centres d’hébergement privés du Québec. Mais on peut d’ores et déjà conclure à l’état lamentable des conditions dans lesquelles exercent les travailleuses et les travailleurs de ce secteur. Les choses doivent changer, ça urge.

 

Mot du président

Jacques Létourneau

Le long chemin »

Dossier 

Entente de principe du Front commun

Québec revoit son cadre financier »

Tout un rapport de force »

Enjeux

Lutte contre les changements climatiques

L'espoir, renouvelable »

Secteur de l'hôtellerie

Un départ prometteur »

L'avenir de Radio-Canada

Une histoire d'attentes et d'espoirs »

Frais accessoires

Une tarification illégitime » 

Bilan et perspectives 2015

La machine humaine a ses limites »

Infirmière auxiliaire

Un métier au centre de tout »

Technicienne en administration

Du carburant dans le réservoir »

Virage numérique à La Presse

Un succès qui repose sur les travailleurs »

Chroniques

International 

À la défense du droit de grève »

Jeunes 

L'heure est à l'action »

Se syndiquer | Salade etcetera

Des conditions bien relevées »

Santé et sécurité | Le bruit en milieu de travail

Une situation qui ne peut plus durer »

Condition féminine | CSN-Construction

Une militante qui n'a pas froid aux yeux »

Nouvelles du front

Société des alcools du Québec

Un joyau à préserver »

Chantier naval de Lévis

Nouveau contrat de 700 M de dollars »

Centre d'hébergement privé pour aînés

Royaume de l'exploitation éhontée »

Financement des régimes de retraite

Le projet de loi 57, un modèle à suivre »

Nouvelles du front

EN BREF »