- Retour

Identification des textes publicitaires dans La Presse+

Les journalistes de La Presse demandent à la direction de vérifier si la confusion subsiste

Avec la publication hier d'un blâme du Conseil de presse du Québec (CPQ), La Presse n'a d'autre choix que de vérifier si la confusion subsiste chez ses lecteurs au sujet des textes promotionnels publiés dans son application tablette La Presse+. Et ce, même si l'identification des sections promotionnelles a été améliorée récemment. C'est l'avis du Syndicat des travailleurs de l'information de La Presse (FNC-CSN), qui représente les 260 employé-es syndiqués de la rédaction du quotidien montréalais.

Le STIP croit que le Conseil de presse du Québec a eu raison de blâmer La Presse pour « omission de distinguer information et publicité », dans une décision du 2 octobre rendue publique cette semaine. Cependant, il faut souligner que la présentation des textes publicitaires dans les sections appelées « Xtra » a été changée depuis le dépôt des plaintes au CPQ.

La convention collective des journalistes prévoit que La Presse doit « déployer les moyens requis pour éviter toute confusion entre la matière rédactionnelle et la matière publicitaire publiée ». À la suite du dépôt de nombreux griefs en 2014, une entente est intervenue en juin 2015 entre le STIP et La Presse pour améliorer l'identification des textes promotionnels et réduire la confusion. L'entente stipule que chaque section et chaque écran promotionnel doit contenir un bouton interactif qui fait surgir une fenêtre contenant le texte suivant : « Xtra est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour les annonceurs suivants : ». Les annonceurs sont alors identifiés.

Cette mesure, ainsi que d'autres déjà en place, comme l'absence de signature sur les textes promotionnels, sont consignées dans une lettre d'entente qui lie le STIP et La Presse. Cette entente a été entérinée par le médiateur René Beaupré. Ces mesures s'appliquent aussi sur le site LaPresse.ca, avec des adaptations. Depuis sa mise en application l'été dernier, le STIP constate que cette lettre d'entente a été respectée par La Presse.

Il reste une inconnue, toutefois, estime Charles Côté, président du STIP : « Tout au long du processus, nous avons signalé à La Presse qu'il serait bon de vérifier auprès des lecteurs si la confusion persiste. La Presse dispose de moyens perfectionnés pour vérifier l'interaction des lecteurs avec son application sur tablette La Presse+. La moindre des choses serait de mettre ces moyens en œuvre afin de s'assurer que les lecteurs comprennent bien la différence entre le travail des journalistes et celui des publicitaires. »

D'ailleurs, le STIP, avec l'appui de la Fédération nationale des communications-CSN, avait fait réaliser au cours de l'été 2014 sa propre étude sur le sujet en appui à ses griefs. Cette étude, appuyée sur des groupes de discussion et un sondage en ligne, avait fait ressortir les mêmes lacunes constatées par le CPQ dans sa décision du 2 octobre dernier.

Il est temps maintenant pour La Presse de reprendre cette démarche, et le STIP lui offre sa collaboration.

Fondé en 1977, le STIP représente 260 salarié-es de La Presse, notamment les journalistes, photographes et graphistes de la rédaction. Il est affilié à la Fédération nationale des communications (FNC) et à la Centrale des syndicats nationaux (CSN).

Décision du Conseil de presse du Québec : http://conseildepresse.qc.ca/actualites/nouvelles/lapresse-blamee-pour-lambiguite-de-sa-section-xtra/


Date : 29 janvier 2016
Source : Syndicat des travailleurs de l'information de La Presse (FNC-CSN)
Renseignements: Martin Petit, conseiller syndical aux communications
514 894-1326
martin.petit@csn.qc.ca
<< Retour