- Retour

Rémunération du secteur public

Le Front commun déplore le peu de sérieux de l'étude de l'Institut Fraser

Alors que les études de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) constatent, année après année, le retard de la rémunération globale des salariés de l'État québécois, le manque de rigueur de l'étude de l'Institut Fraser publiée aujourd'hui trahit le penchant idéologique de cet organisme, estime le Front commun.

D'entrée de jeu, les auteurs reconnaissent que « les informations disponibles sur les avantages sociaux sont insuffisantes pour comparer définitivement la rémunération totale entre les deux secteurs », ce qui discrédite d'emblée les conclusions qu'ils peuvent tirer de leurs travaux. De plus, en amalgamant dans la catégorie « secteur public » les employés des paliers municipal, provincial, fédéral ainsi que des sociétés d'État, la comparaison salariale ne peut être exportée aux 540 000 employés de l'État québécois qui sont actuellement en négociation pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Au sujet des régimes de retraite, l'étude ne tient compte que de la mesure de la « couverture » de ces régimes et néglige l'analyse des coûts de ces derniers. Or, l'étude menée par l'ISQ analyse directement ces coûts. Année après année, elle démontre que le régime de retraite public est avantageux pour le gouvernement du Québec comparativement aux autres employeurs du Québec. Enfin, aucune mesure comparative sérieuse ne leur permet d'identifier des emplois « comparables » entre les secteurs public et privé.

« Tant le gouvernement que les organisations syndicales reconnaissent que l'ISQ est la référence en matière de comparaison de la rémunération globale au Québec, souligne Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Or, l'ISQ établissait en novembre dernier que le retard de rémunération du secteur public québécois se situe à 7,6 % par rapport aux autres travailleurs, et ce, pour des emplois comparables et en tenant compte du régime de retraite et de tous les autres avantages sociaux. Quand l'ISQ compare strictement les salaires, ce retard grimpe à 11,5 %. Quand on sait que 75 % des employés de l'État sont des femmes, on ne peut que dénoncer cette discrimination salariale basée sur le sexe. »

« C'est sur la base de ce retard de rémunération globale que le Front commun a élaboré sa demande salariale, rappelle Daniel Boyer, président de la FTQ. Les problèmes de pénurie et de rareté de main-d'œuvre dans le secteur public québécois se sont accrus au fil des années pour une grande variété de statuts d'emploi. En fonction des nombreux départs à la retraite prévus au cours des prochaines années, le gouvernement se doit d'offrir des conditions salariales comparables aux autres secteurs de l'économie s'il veut attirer une main-d'œuvre compétente pour assurer l'avenir de nos services publics. »

« Encore une fois, ce think tank de droite qu'est l'Institut Fraser s'immisce sur le terrain politique pour ressusciter le mythe des "gras dur" du personnel des services publics québécois, un mythe maintes fois déconstruit par l'ISQ, dont la création servait justement d'outil comparatif au gouvernement du Québec pour évaluer la rémunération de ses employés. Le manque flagrant de rigueur de l'Institut Fraser démontre l'objectif poursuivi : justifier de nouvelles attaques envers les femmes et les hommes qui, chaque jour, se dévouent pour assurer des services publics de qualité pour l'ensemble de la société québécoise », conclut Lucie Martineau, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics.

À propos

Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l'APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public viendront à échéance le 31 mars 2015.

Date : 26 février 2015
Source : CSN, SISP ET FTQ
Renseignements:

François L'Écuyer
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Cell. : 514 949-8973

Maxime Clément
Secrétariat intersyndical des services publics (SISP)
Cell. : 514 442-4823

Jean Laverdière
Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
Cell. : 514 893-7809

<< Retour