- Retour

Optilab

La CSN dénonce une centralisation motivée par l’obsession de l’austérité

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé sa volonté de centraliser les laboratoires médicaux de la province. La CSN est très inquiète de cette intention du ministre, qui n'a pas pour objectif d'améliorer les services à la population, mais bien de poursuivre sur la voie de l'austérité. Les importantes critiques adressées à l'endroit du nouveau laboratoire du CUSM en PPP démontrent que cette centralisation est loin d'être la panacée.

Un enjeu majeur de santé...

Les intentions du ministre ont de quoi inquiéter. La centralisation en onze laboratoires serveurs implique d'importants déplacements des échantillons et une organisation sans faille, or ce n'est pas le cas actuellement. « Les évènements au CUSM, où plusieurs pertes d'échantillons et erreurs dans les dossiers ont été notées récemment, devraient suffire au ministre pour mettre un frein au processus. Or, on nous annonce plutôt que le MSSS va aller de l'avant, tout en lançant un appel d'offres l'année prochaine pour un meilleur système informatisé... mais d'ici là ? Sans compter tous les problèmes que connaît déjà le gouvernement avec les contrats informatiques confiés au privé qui sont un véritable fiasco », s'inquiète Jeff Begley, président de la FSSS-CSN : « les conséquences de telles erreurs pourraient pourtant être fatales. »

Selon le groupe sectoriel d'expertise sur la manipulation et le transport des spécimens biologiques du MSSS, les échantillons devraient idéalement être traités dans un délai de deux heures. La CSN se demande comment le ministre compte s'y prendre pour respecter cette recommandation si un hôpital de la Côte-Nord doit envoyer ses échantillons à Rimouski ou si un centre hospitalier de l'Abitibi doit envoyer les siens à Montréal.

La disparition d'une expertise locale...

L'inquiétude est aussi palpable du côté de la Fédération des professionnèles-CSN pour qui la disparition de l'expertise locale est un enjeu important. « Prenons, par exemple, le cas du CHU Sainte-Justine qui a une clientèle pédiatrique ayant des besoins particuliers par rapport à la clientèle adulte. Les techniciens et professionnels qui y travaillent sont au fait de ces particularismes et ont développé une expertise spécialisée qui disparaîtrait dans un gros laboratoire centralisé », affirme Michel Tremblay, président de la FP-CSN.


Des milliers d'emplois en jeu...

Au cœur de l'activité des laboratoires, il y a plus de 5000 salarié-es partout dans la province, dont 2000 seulement à Montréal répartis sur 98 établissements. La CSN est préoccupée par le sort qui attend ces salarié-es. « C'est, une fois de plus, les travailleurs et les travailleuses qui offrent un service exceptionnel dans des conditions parfois très difficiles, qui feront les frais de ces décisions improvisées et sans aucune consultation de la part du ministre. Ce qu'on voit, c'est que cette nouvelle réforme est motivée par l'austérité et non par une volonté d'améliorer les services à la population », s'indigne Jean Lacharité, vice-président de la CSN, « il faut que ça cesse, il va falloir que le ministre comprenne que ce n'est pas un jeu, il a la santé des patients et l'avenir des employé-es entre ses mains. »

Des délais déraisonnablement courts...

Pour la centrale syndicale, centraliser les laboratoires médicaux n'est pas une décision qui doit être prise à la légère. Plutôt que de donner le temps d'analyser et d'ouvrir un débat sur le sujet, le ministère semble agir dans l'empressement. Pourtant, c'est Gaétan Barrette lui-même qui, en mars 2014, alors qu'il était président de la Fédération des médecins spécialistes, déclarait : « [...] Et on nous dit que dans maximum trois ans ce sera terminé ! N'importe quelle personne saine d'esprit va comprendre que c'est n'importe quoi. » L'Alberta, qui a décidé de se lancer dans un processus similaire, s'est doté d'un échéancier jusqu'en 2030 avec un investissement de 3 milliards de dollars.

La CSN demande donc au ministre de revoir sa décision et de mettre sur la glace ce processus. « On n'a même pas encore achevé la fusion dans les CISSS et les CIUSSS que déjà le ministre veut lancer le réseau dans une série de nouvelles réformes, ça n'a pas de bon sens », conclut Jean Lacharité.

À propos de la CSN

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.



Date : 25 septembre 2015
Source : CSN, FP-CSN, FSSS-CSN
Renseignements:

Jonathan Aspireault-Massé,

Conseiller syndical

Service des communications de la CSN

Cellulaire : 514 378-1753

Bureau : 514 598-2159

Jonathan.aspireault-masse@csn.qc.ca

<< Retour