- Retour

Résidence Memphré

Les employé-es en conflit de travail reçoivent l’appui d’autres syndiqués CSN

Les 35 employé-es de la Résidence Memphré hébergeant des personnes âgées, en grève depuis le 1er septembre, ont reçu l'appui des syndiqué-es du Manoir de Sherbrooke, eux-mêmes en conflit avec le propriétaire Eddy Savoie. Ces manifestants ont voulu dénoncer l'extrême lenteur des négociations avec le groupe Cogir et, surtout, l'absence de volonté d'en arriver à un règlement satisfaisant d'une première convention collective.

Bien qu'une première séance de conciliation ait été tenue le 5 septembre, « rien n'indique jusqu'ici que la partie patronale prend vraiment au sérieux les demandes des salarié-es, qui sont largement sous-payés pour le travail qu'ils font auprès des personnes âgées, comparativement à la moyenne des salaires versés dans le secteur de l'hébergement privé, affirme Luc Poirier, le président du syndicat. Pourtant, le directeur des relations de travail chez Cogir, Robert Leroux, a lui-même confirmé dans un journal que les salaires étaient très bas et qu'il fallait redresser la situation. Alors, c'est maintenant qu'il faut améliorer les conditions de travail. Pas demain et surtout pas lors d'une autre ronde de négociation. On connaît trop la chanson! », a-t-il dit.

Des demandes légitimes
Au cœur du litige figure notamment la hausse des salaires, incluant un rattrapage. En effet, les salaires versés dans cette résidence avoisinent le salaire minimum, soit 10,50 $ l'heure. Or, tout ce qu'offre Cogir aujourd'hui, c'est un gel pour la première année et un total de 2,5 % pour les deux années subséquentes. En outre, l'employeur n'offre aucune bonification des congés payés, incluant les vacances. Ce qu'il met sur la table, c'est exactement ce qui est déjà prévu par les normes du travail.

Enfin, les salarié-es réclament la mise en place d'un régime d'assurance collective. « Là encore, l'employeur fait la sourde oreille. Quand on tient compte de l'obligation qui est faite de contracter une assurance, en réalité, cela représente une baisse de salaire que les employé-es sont carrément incapables de se payer. Là aussi, il y a urgence d'agir. Cogir ne peut plus jouer à l'autruche », conclut Luc Poirier.

Un taux de roulement élevé du personnel
De telles conditions de travail n'ont rien pour attirer et garder à l'emploi les salarié-es, constate Denis P. Beaudin, président du Conseil central de l'Estrie (CCSNE-CSN). « On a calculé que le roulement de personnel dans cette résidence était l'un des plus élevés qui soit : pas moins de 150 personnes ont été embauchées au cours des sept dernières années seulement, alors que l'entreprise emploie 35 employé-es! En fin de compte, ce sont les personnes âgées qui paient le prix de l'instabilité du personnel et des services. La situation ne peut plus durer. Cogir doit négocier pour assurer non seulement de bonnes conditions de travail, mais aussi une plus grande stabilité des la main-d'œuvre et des services ». 

Pour Danielle Lemire, représentante du secteur des centres d'hébergement privés à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN : « Il faut que Cogir ouvre les yeux sur les conditions de travail exécrables de ses employé-es. Nous, à la FSSS, allons tout mettre en œuvre pour qu'ils obtiennent une convention collective satisfaisante. C'est une question de dignité! »

À propos du syndicat et de la CSN
Les employé-es de la Résidence Memphré sont membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des CHP de l'Estrie-CSN, qui compte 250 membres répartis dans sept résidences. Il est affilié à la FSSS-CSN, qui regroupe plus de 3000 salarié-es œuvrant dans les centres d'hébergement privés, et plus de 125 000 provenant d'autres secteurs d'activité. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central de l'Estrie, qui regroupe 12 000 syndiqué-es dans 110 syndicats. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux compte 325 000 membres dans tous les secteurs d'activité.



Date : 8 septembre 2014
Source : Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Renseignements:

François Forget

514 212-7383

francois.forget@csn.qc.ca

<< Retour