- Retour

Résidences Soleil - Manoir de Sherbrooke

Manifestation contre Eddy Savoie qui a prélevé plus de 70 000 $ sur les salaires des employé-es

Une soixantaine d'employé-es du Manoir de Sherbrooke, membres de la CSN, sont rassemblés devant le Palais de justice ce matin. Ils sont en furie contre Eddy Savoie, propriétaire, qui a accaparé illégalement d'importantes sommes d'argent à même leur salaire, le tout confirmé dans une récente sentence arbitrale. Ils en ont surtout contre le fait qu'il conteste devant la Cour supérieure ce jugement qui l'oblige notamment à les rembourser et à rétablir leurs droits.

Pour l'occasion, un avion survolant la ville traîne une bannière où il est inscrit : Eddy Savoie se moque de nous! « Ce slogan traduit bien l'exaspération et la colère de nos membres », affirme Luc Poirier, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs des CHP de l'Estrie-CSN. « Eddy Savoie s'est arrogé le droit de piger dans leurs salaires, malgré un jugement clair qui lui interdit d'agir ainsi. Aujourd'hui, il a décidé d'en appeler de cette décision. Eh bien, on a des nouvelles pour lui : nous allons mener la bataille jusqu'au bout. C'est une question de dignité et de respect! »

Une situation odieuse et injuste pour les salarié-es
En avril 2012, à peine deux mois après l'entrée en vigueur de l'actuelle convention collective, Eddy Savoie a décidé qu'il ne payait plus sa part de l'assurance portant sur les soins dentaires pour une soixantaine de salarié-es. Il a ainsi refilé illégalement la totalité du coût de la prime d'assurance dentaire à ses employé-es qu'il devait assumer à 50 %. Un geste d'ailleurs condamné par l'arbitre André Ladouceur dans une décision rendue le 20 juin dernier. La valeur de la part assumée par les employé-es oscillent jusqu'ici à près de 40 000 $.

Mais là ne s'arrête pas l'odieux. Eddy Savoie s'est en effet octroyé le droit de récupérer auprès des employé-es sa part du coût de l'assurance dentaire qu'il avait versée à l'assureur, et ce, d'avril 2009 à avril 2012, soit trois années complètes. Les sommes ainsi récupérées équivalent à un peu plus de 30 000 $. Et pour se rembourser, Eddy Savoie a d'abord retenu les montants qu'il devait verser aux fins de la rétroactivité salariale prévue à la convention collective. Puis, il s'est permis de prélever le reste des montants à même la paie de chaque salarié concerné, à raison de 21,78 $ par semaine, et ce, durant 25 semaines consécutives.

Devant cet affront, le syndicat a déposé plusieurs griefs, qui sont à l'origine de la récente sentence arbitrale. L'arbitre Ladouceur leur a en effet donné raison en ordonnant que les droits des salarié-es soient rétablis et en intimant à Eddy Savoie de leur rembourser toutes les sommes prélevées, le tout avec intérêts. C'est cette décision que conteste le propriétaire des Résidences Soleil devant la Cour supérieure, en demandant d'abord un sursis pour ne pas avoir à rembourser ces sommes jusqu'à ce que la Cour entende la cause sur le fond.

« C'est une situation très choquante et inadmissible! », lance Danielle Lemire, représentante du secteur des centres d'hébergement privés à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN. « Déjà ces travailleuses et ces travailleurs, qui se dévouent corps et âmes pour des gens âgés vulnérables, gagnent des salaires qui sont loin d'être mirobolants. Et là, Eddy Savoie s'en prend à eux et à leur famille en pigeant dans leurs poches, sans même ressentir une petite gêne. On ne laissera pas faire ça. Ces syndiqué-es peuvent compter sur notre solidarité et sur celle de l'ensemble des 130 000 syndiqués membres de la FSSS-CSN. »

Pour Denis P. Beaudin, président du Conseil central de l'Estrie (CCSNE-CSN) : « Ce qui est désolant dans cette histoire, c'est de voir ce propriétaire milliardaire agir comme s'il était un roi, et s'appliquer sa propre justice en contravention complète avec la convention collective qu'il a pourtant lui-même signée. Non seulement la CSN appuie ces salarié-es sur le plan juridique, mais nous, au conseil central, nous allons tout mettre en œuvre pour forcer ce triste individu à respecter ses travailleuses et ses travailleurs. »

À propos du syndicat et de la CSN
Les employé-es du Manoir de Sherbrooke sont membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des CHP de l'Estrie-CSN qui compte 250 membres répartis dans sept résidences. Il est affilié à la FSSS-CSN qui regroupe plus de 3000 salarié-es œuvrant dans les centres d'hébergement privés, et environ130 000 autres provenant d'autres secteurs d'activité. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central de l'Estrie qui regroupe 12 000 syndiqué-es dans 110 syndicats. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux compte 325 000 membres dans tous les secteurs d'activité.

Pour voir la vidéo: https://vimeo.com/105774567



Date : 8 septembre 2014
Source : Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Photographe : Maxime Picard
Renseignements: François Forget, conseiller au Service des communications de la CSN
514 212-7383
francois.forget@csn.qc.ca

Caricaturiste : Boris
<< Retour