- Retour

Fusion des établissements de santé et de services sociaux

La FSSS–CSN entend défendre les services à la population

Représentant 130 000 travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux au Québec, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) est indignée des impacts qu'entraînera la nouvelle réforme bureaucratique annoncée par le projet de loi 10. Elle éloignera davantage les services des citoyens, concentrera tous les pouvoirs dans les mains du seul ministre et favorisera les hôpitaux aux dépens de tous les autres types d'établissements du réseau.

 

« Un seul centre de santé et de services sociaux pour tout le Bas-Saint-Laurent, sur papier, ça peut sembler séduisant mais c'est extrêmement préoccupant. Les citoyennes et les citoyens n'auront plus un mot à dire sur l'organisation des services. Les économies qu'on nous promet ne seront pas réalisées c'est de la poudre aux yeux. Et même si on en réalise, pas un sou de ces sommes ne sera réinvesti en amélioration de services dans le Bas-Saint-Laurent. Le ministre Barrette se trompe de cible ! », a dénoncé le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley à l'occasion d'une manifestation-éclair menée aujourd'hui par les délégué-es du Conseil fédéral de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), réunis cette semaine à Rivière-du-Loup. Ceux-ci se sont fait visibles et bruyants, ce mardi 1er octobre. Pour l'occasion, ils étaient accompagnés d'une toute nouvelle force de mobilisation, l'unité tactique d'action de la FSSS-CSN, l'UTAF, qui planche déjà sur d'autres coups d'éclat, partout au Québec.

 

« La priorité du ministre ce devrait être d'améliorer l'accès aux services. Pour le spectacle il clame que le patient se trouve au centre de cette réforme mais c'est inexact. Cette réforme est centrée autour du ministre lui-même qui pourrait dorénavant intervenir comme jamais dans la gouvernance des établissements. En se donnant tous les pouvoirs, dont celui de désigner les membres des conseils d'administration, le ministre va politiser le réseau en en faisant une planque à nominations partisanes. Notre compréhension, c'est que le ministre aurait même le pouvoir d'imposer la privatisation de services aux établissements sans débat, ouvrant toute grande la porte au copinage et aux récompenses aux amis du régime. Tout cela nous inquiète énormément » poursuit-il.

 

Pour la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre, les citoyennes et citoyens de la région doivent se mobiliser pour préserver leurs services publics. «Cette réforme, est d'abord une opération bureaucratique et comptable. Nous ne verrons pas d'amélioration concrète en découler. Au contraire, on peut se demander comment les centres jeunesse et les centres de réadaptation vont faire pour préserver leur mission dans cette superstructure qui gravitera autour des hôpitaux. Le regroupement des CLSC et des CHSLD avec les hôpitaux, décrété par le ministre de l'époque, Philippe Couillard en 2003, est à cet égard riche d'enseignements. L'hébergement de longue durée, les soins à domicile et l'accès à un médecin de famille, notamment, ne sont certainement pas sortis gagnants de ces fusions !», enchaîne-t-elle. Rappelons que depuis ces fusions, le nombre de cadres n'a cessé d'augmenter et les salarié-es doivent rendre plus de comptes à encore plus d'intervenants, bref remplir de plus en plus de paperasse pour justifier chacun de leur geste professionnel.

 

Austérité

Cette réforme est annoncée alors que des compressions budgétaires draconniennes sont exigées dans tous les services publics. Au Bas-Saint-Laurent, on doit s'attendre à des coupes totalisant plus de 8 millions, seulement pour la santé et les services sociaux et le gouvernement annonce déjà des compressions supplémentaires l'an prochain.

 

La FSSS-CSN et la CSN prendront part activement au mouvement populaire qui s'élève contre les politiques d'austérité. « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face au grand bouleversement qu'on nous annonce, explique la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre. Notre priorité, à la CSN, pour la prochaine année sera de lutter contre ces politiques d'austérité, aux-côtés de la population qui tient à ses services publics de qualité. Le PLQ ne peut pas ignorer nos inquiétudes et balayer du revers de la main les solutions que nous lui proposons. Nous allons nous faire entendre. Si, dans les couloirs feutrés de l'Assemblée nationale, ils n'entendent que les voix des riches et des patrons, notre mobilisation se chargera de faire résonner un autre discours auprès de nos élu-es. »

 

 

À propos

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs public et privé. Représentant des travailleuses et des travailleurs de tous les titres d'emplois dans tous les types d'établissements, la FSSS est l'organisation syndicale la plus représentative du secteur de la santé et des services sociaux. Elle agit en faveur d'une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

 

Le conseil central compte plus d'une centaine de syndicats affiliés représentant 10 000 membres répartis dans les huit municipalités régionales de comté du Bas-Saint-Laurent de La Pocatière à Les Méchins. Il représente les syndicats qui sont affiliés aux neuf fédérations de la CSN dans les secteurs public comme privé.

 



Date : 1 octobre 2014
Source : Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Renseignements: Jean-Pierre Larche, Communications FSSS-CSN (514) 605-0757
<< Retour