- Retour

Crédits budgétaires

Encore des réductions de services

Le dévoilement, aujourd'hui, des crédits accordés à chacun des ministères québécois vient confirmer des coupes qui s'ajoutent malheureusement à d'autres effectuées par le passé, amplifiant chaque fois l'effet de celles-ci. « Il ne faut pas se leurrer. L'équation est simple, la multiplication des compressions équivaut à de plus en plus de réductions de services et accentue les difficultés à rendre les services à la population. Si nous ne voulons pas atteindre un point de rupture, notamment avec la classe moyenne, et nous engager dans une société à deux vitesses, il faut s'empresser de renverser cette tendance, d'affirmer le président de la CSN, Jacques Létourneau. Même là où on constate des hausses, elles sont insuffisantes pour couvrir les coûts de système. »

Le gouvernement le dit lui-même : « Il s'agit du taux de croissance le plus bas des 14 dernières années, ce qui représente évidemment un défi de taille pour l'ensemble des ministères et organismes. »

« Nous assistons tranquillement, mais sûrement, à un rétrécissement du rôle de l'État. Nous le savons, et le gouvernement aussi, la croissance de 4,8 % du budget du ministère de la Santé et des Services sociaux est insuffisante pour répondre aux besoins de la population. De même, la croissance anémique des dépenses de 1,8 % du budget du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, de 2,0 % de celui de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie et de 3,2 % du portefeuille de la Famille, implique qu'il faudra sabrer dans les services. Évidemment, la diminution globale de 0,9 % des budgets des autres ministères en dit long sur la qualité de ceux qui pourront être rendus », d'expliquer Pierre Patry, trésorier de la CSN.

De plus, les compressions rétroactives annoncées pour les universités remettent foncièrement en question la crédibilité entourant la tenue du Sommet sur l'enseignement supérieur. « Difficile de penser qu'il y aura un vrai débat sur la qualité de l'enseignement et de son accessibilité dans ce contexte, de soutenir le trésorier de la CSN. Les déceptions sont grandes aussi à tous les ordres d'enseignement qui écopent, alors que pour nous l'éducation doit être une priorité nationale. »

Pour la CSN, bien que l'on retrouve quelques bonnes nouvelles, dont le financement pour le développement des places en CPE, trop peu est fait pour répondre aux nombreux besoins des citoyennes et des citoyens que la première ministre avait d'ailleurs bien illustrés lors de son discours inaugural.

« L'ajout aujourd'hui de 400 millions de dollars en compressions est tout simplement odieux. Nous réitérons que le gouvernement aurait pu et aurait dû faire d'autres choix, notamment en suspendant, cette année, les sommes dévolues au Fonds des générations pour les utiliser à dispenser des services à la population », de conclure Jacques Létourneau.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.



Date : 6 décembre 2012
Source : CSN
Renseignements: Jacqueline Rodrigue
Directrice
Service des communications de la CSN
Cell. : 514 773-0060 ; bur. : 514 598-2139
<< Retour