- Retour

Deux lois antisyndicales mises au rancart

La ministre du Travail passe de la parole aux actes

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) salue la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk qui est passée de la parole aux actes en déposant aujourd'hui à la Chambre des communes des mesures législatives pour abroger deux projets de loi antisyndicaux mis de l'avant par le Parti conservateur de Stephen Harper.

« En novembre dernier, j'ai pu discuter au téléphone avec la ministre qui s'était alors engagée verbalement à retirer les lois C-377 et C-525 qui étaient totalement antidémocratiques. Nous sommes heureux de constater que madame Mihychuk est une femme de parole », a lancé le secrétaire général de la CSN, Jean Lortie.

Dans un communiqué émis par le gouvernement fédéral, la ministre écrit : « Notre gouvernement reconnaît que les syndicats jouent un rôle important dans la protection des droits des travailleurs canadiens et qu'ils contribuent grandement à la croissance et à la prospérité de la classe moyenne. C'est pourquoi nous sommes fiers d'abroger les projets de loi C-377 et C-525, comme nous nous étions engagés à le faire, de sorte que les relations de travail au Canada soient de nouveau justes et équilibrées. »

Adoptée à l'automne 2015, la loi C-377 obligeait les syndicats à rendre publiques toutes leurs dépenses de plus de 5000 $ et la ventilation détaillée de toutes celles qui correspondraient à des activités non reliées à la négociation des conditions de travail avec les employeurs. Les conservateurs souhaitaient ainsi que les syndicats distinguent les sommes dépensées pour la négociation collective et celles en appui aux luttes sociales. Seuls les syndicats se voyaient contraints à une telle exigence parmi les 90 000 organisations à but non lucratif au Canada.

La loi C-525, quant à elle, visait à forcer la tenue d'un vote à scrutin secret pour obtenir une nouvelle accréditation syndicale sous juridiction du Code canadien du travail. Cette loi rendait plus difficile pour les travailleuses et les travailleurs l'accès au droit d'association.

« À elles seules, ces deux lois faisaient passer le monde syndical dans une ère d'obscurantisme jamais vu au cours des 40 dernières années. Le gouvernement libéral a honoré sa promesse, il ne reste plus qu'à souhaiter que le Sénat ne mette pas des bâtons dans les roues du gouvernement. Après tout, il en va de la préservation d'un principe démocratique fondamental », conclut M. Lortie.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.



Date : 28 janvier 2016
Source : CSN
Renseignements: Dave Parent, conseiller syndical, Service des communications de la CSN, 514 216-9097, dave.parent@csn.qc.ca
<< Retour